mardi 6 mai 2008

Conseils de dernière minute aux candidats au poste de Maître de Conférence

Tous les ans, c’est la même histoire. Je peste contre 80% des dossiers de candidature que j’ai à évaluer. Je ne sais pas si certains d’entre vous ont ou vont candidater au poste de Maitre de Conférences, ni même s’il est encore temps. Dans le doute voici quelques conseils de Roberta pour monter un dossier, conseils qui à mon humble avis resteront valables pour les nouvelles procédures de recrutement.

Sachez d’abord que la procédure de recrutement à l’université n’est pas la même que celle appliquée au CNRS. La différence majeure est que le candidat doit correspondre au profil du poste ouvert au concours, tant au niveau recherche qu’au niveau enseignement. La première tache de la commission de spécialistes (qui va disparaître avec l’application de la LRU) est de sélectionner un certain nombre de dossiers parmi tous ceux reçus. Seuls les candidats retenus seront convoqués pour audition. Il est donc de la plus haute importance de ne pas négliger le dossier de candidature afin de pouvoir passer la première étape. Il est également important de convaincre votre (ou vos) rapporteurs que votre candidature est sérieuse, afin qu’ils se battent pour vous. Faciliter le travail du rapporteur est donc de la plus haute importance.

Conseil n°1 : N’oubliez pas que vous candidatez pour être enseignant. Votre dossier doit donc impérativement comporter une section consacrée à l’enseignement.
Soit vous n’avez aucune expérience d’enseignement dans votre parcours, et il vous faudra donc expliciter votre choix et les raisons pour lesquelles vous n’avez jamais enseigné. Dans ce cas, vous veillerez à avoir un dossier particulièrement didactique pour mettre en valeur vos qualités de communication et de transmission des connaissances. Le plus important est de ne pas faire l’autruche.
Soit vous avez déjà enseigné, et vous devez indiquer le nombre d’heures, les matières enseignées et sous quelle forme, le public concerné par l’enseignement.
Dans tous les cas, vous devrez mettre en valeur l’adéquation entre le profil du poste et votre expérience (que vos acquis soient sur votre formation initiale, votre expérience de recherche ou vos activités d’enseignement passées).

Conseil n°2 : N’oubliez pas que vous candidatez aussi pour être chercheur. Il est à mon avis inutile d’envoyer un dossier pour un poste sur lequel vous n’avez aucune aptitude de recherche. Autant il est possible de convaincre que l’on a les qualités nécessaires à l’enseignement (et sur dossier et à l’oral), autant il est quasi certain que votre dossier ne sera pas retenu si vos activités de recherche ne correspondent pas au profil publié. La sentence « hors profil » est sans appel, même avec un dossier de publication à rendre jaloux les membres de la commission. La raison majeure de ce couperet est que vous consacrerez beaucoup de temps à l’enseignement (surtout la ou les premières années) et que la commission veille donc à ce que vous soyez opérationnel sur la partie recherche. Quand on connaît les conséquences d’une absence de publication prolongée sur une carrière, ce critère est loin d’être injuste ou déraisonnable. Pensez en revanche à argumenter votre adéquation au profil recherché (techniques maitrisées, connaissances générales, etc). En général, avant sélection pour l’oral vous n’aurez pas contacté le labo d’accueil. Avoir fait une biblio rapidee et proposer quelques pistes de recherche utilisant vos compétences est pour moi un atout ; n’en faites pas trop cependant, les génies des alpages ont tendance à irriter les rapporteurs plutôt que les convaincre. L’objectif est de montrer que vous vous interessez au poste auquel vous candidatez, pas que vous allez prendre la direction du labo.

Conseil n° 3 : Tout doit se justifier, les rapporteurs ne sont pas extra-lucides. Le rapporteur de votre dossier sera votre porte-parole devant la commission. Vous devez donc tout faire pour lui fournir les arguments qu’il pourra utiliser. Vous devez également faire en sorte qu’il ne passe pas 10 heures sur votre dossier pour reconstruire votre histoire. Soyez concis, pertinent, didactique.
Un post-doctorat sans publication ? Il faut argumenter, il y a toujours une raison (le labo concurrent vous a scoopé, vous n’avez obtenu que des résultats négatifs dont on sait bien qu’ils sont plus délicats à publier,..).
Un changement radical de thématique ? C’est à mes yeux un atout, mais je ne veux pas en faire une généralité. En revanche, expliquez la raison de votre choix (quitte à ré-écrire l’histoire, Dumas l’a fait avant vous !), afin de ne pas donner l’impression que vous avez pris ce qui se présentait mais que vous aviez bien un projet derrière la tête.

Conseil n°4 : N’envoyez pas un dossier de plus de 20 pages, il y a peu de chances que votre rapporteur le lise in extenso. Cela dit, évitez de tomber dans l’excès inverse du CV développé en quatre pages. Veillez également à ne pas utiliser du Arial 10 en interligne simple pour votre manuscript. La moyenne d’age des membres des commissions est plus proche des 50s que des 20s !


J’espère que ces conseils tardifs seront malgré tout utiles, et souhaite bonne chance à tous les candidats en lice pour la campagne de recrutement 2008….

4 commentaires:

Le Piou a dit…

Bon et aussi (et surtout?) ne debarques pas en zone inconnue... Les Lacaux ont toujours raison:
http://www.lemonde.fr/cgi-bin/ACHATS/acheter.cgi?offre=ARCHIVES&type_item=ART_ARCH_30J&objet_id=1034416

bah oui.

Narayan a dit…

heu... marche pas ton lien. Alors je dois dire que je ne suis pas sure de comprendre ce que tu veux dire. Lacaux = locaux???

A. a dit…

"les rapporteurs ne sont pas extra-lucides"

Ah! En lisant ca, j'ai envie de repliquer "les candidats non plus!!" Si on se base sur les instructions du B.O. pour preparer "le" dossier (noter le singulier), la candidature est vraisemblablement vouee a l'echec vu que tout ce qui est demande, c'est un CV "detaille", une liste de publis une copie de piece d'identite et la declaration de candidature ANTARES. Il n'est nulle part indique qu'il faut fournir un projet de recherche et d'enseignement ou qu'il faut fournir de multiples exemplaires pour les rapporteurs... Franchement, si on cherche a optimiser les ressources de l'universite, donner des instructions claires et precises pour les recrutement ferait economiser un temps fou aux secretaires et aux enseignants qui doivent passer leur temps a expliquer tout ca aux candidats et a verifier que toutes les pieces non reclamees sont bien fournies pour avoir au moins quelques dossiers recevables. Et bon, je trouve aussi que tenir une commission de specialistes une semaine avant la date des auditions quand les dossiers sont recus fin Mars/debut Avril c'est un peu abuser. On s'insurge dans Le Monde contre la cooptation des candidats locaux, mais il faut quand meme dire que toute cette organisation de derniere minute n'encourage pas non plus a candidater trop loin du nid!

*fin de la ralerie*

(et merci quand meme pour les conseils...) :-)

Narayan a dit…

a., ne consulter que le BO me semble vraiment surprenant (en fait, j'ignorais que le BO décrivait les dossiers!), c'est l'aspect légal du recrutement qui est indiqué je pense (ainsi que la liste des postes?).
Je voulais vérifier sur le site de la fac, mais les candidatures étant closes, les infos ont disparu. J'ai trouvé les infos pour les postes ATER, et ce qui est important de mettre au dossier est bien indiqué.

Sinon, pour les délais, les CSE ne maitrisent pas vraiment les délais, qui sont initialement fixés par le ministère: date limite de dépôt de candidature et date limite de promulgation des résultats. Bon ce serait long, je consacre très vite un billet au fonctionnement des CSE moribondes.