mercredi 24 septembre 2008

Je craque

Entre les problèmes de déménagement de labo (que je développerai sous peu) et ma malédiction pérégrine, franchement j'envisage le Prozac ...

Donc, demain matin je dois quitter les berges de la Mérantaise dès l'aube pour aller prendre un avion direction l'Espagne. Par la grâce des marchés publics (que l'université nous impose toujours quand bien même la loi qui l'en dispense est en vigueur depuis un an), je n'ai pas trop mon mot à dire sur le choix du billet (juste le jour et la tranche horaire, ce qui est déjà pas mal en réfléchissant). Bref, je dois donc attraper un vol AF à CDG, double source de problèmes de voyage s'il en est.

Coté AF, tout à l'air normal.
Coté RER, il fallait s'en douter, une nouvelle grève est en vigueur depuis lundi, et comme de bien entendu, la connection RATP-SNCF n'est plus assurée gare du Nord.

J'en suis à me demander si je ne vais pas passer la nuit à l'hotel à Roissy pour être sure de ne pas rater mon vol de 9h...

Vu le nombre de billets qui s'accumulent sur mes galères de déplacements, je vais peut être créer un nouveau libellé...

4 commentaires:

anthropopotame a dit…

Il est vrai que nombre de ces chroniques n'ont plus pour scène la paisible Mérantaise. Pourquoi ne pas opter résolument pour la vie au foyer ?

Anonyme a dit…

Moi, je trouve que ca fait longtemps qu'on n'a pas entendu parler du velo...
... il est peut etre temps de le ressortir pour aller a CDG... ;-))
une nuit devrait suffir, non?
hu hu hu

Narayan a dit…

C'est malin tiens !! Attention, la taulière est d'une humeur massacrante !

Le Piou a dit…

Et "faut pas faire chier Roberta quand elle repare son velo"...